SANKOFA :
« Revenir à notre passé afin d’aller de l’avant »

« Revenir à notre passé afin d’aller de l’avant », tel est le sens du mot adinkra SANKOFA, et le nom choisi par le couple de réalisateurs, Haile et Shirikiana Geri, pour la librairie-café ouverte en 1997, et qui depuis cumule de nombreux prix et projections spéciales à l’échelle internationale, sans perdre son indépendance.

C’est dans ce lieu, que le Black Dolls Project a produit un « talk », un « kozé-kontré », organisée par l’équipe de Sankofa. Spécialisée « dans les vidéos et les livres sur les personnes d’ascendance africaine à travers le monde », SANKOFA est un lieu où l’anglais côtoie l’amharique, les salades s’appellent Raoul Peck ou Euzhan Palcy, des armoires en verre accueillent une édition rare de Song of Solomon de Toni Morrison, des bibliothèques livrent des ouvrages sur l’agriculture éthiopienne du 16ème siècle, ou encore le best-seller de l’année salué par la presse américaine, Eight Years In Power, du jeune écrivain qui ébranle les idées d’une Amérique en plein doute. C’est avec Sankofa qu’il a lancé en octobre dernier ce livre compilant huit chapitres, en une confidence sur la présidence Obama qu’il interviewa longuement et le destin étatsunien. Fulgurant succès, après son livre Between the World and Me, en 2015 ayant emporté le Prix National du Livre Non-fiction, avant la série Black Panther pour Marvel Comic.

Il est vrai que Sankofa est situé au cœur du quartier de Pleasant Plains, ancienne partie d’un domaine colonial d’une famille de Washington, communément appelé Howard Town, depuis l’installation de Howard University, classée seconde parmi les plus importantes institutions et universités afro-américaines. avec le plus grand nombre de doctorants afro-américains des Etats-Unis. Elle accueille l’un des départements de référence des African Studies. Département qui fut dirigé par un guyanais Léon-Gontran Damas, rare français ayant joué un rôle aussi décisif dans l’histoire afro-américaine. Ta-Nehisi Coates a étudié à Howard comme la prix NOBEL de littérature Toni Morrison, ou encore David Dinkins, premier maire noir de New-York, Nnamdi Azikiwe, premier président nigérian, le chanteur Sean Combs alias Puff Daddy, l’astrophysicien et premier ministre du Mali, Cheick Modibo Diarra.

Ne pas compter sur quelqu’un d’autre que soi-même pour vaincre le racisme

Et pourtant, Sankofa est un espace où la connaissance ne s’embarrasse ni des titres, ni des allures et encore moins des pédigrées. Chacun y interagit par le privilège unique que nous permettent l’intelligence et le sens de la justice : questionner, investiguer, partager et comprendre afin d’agir. Dans cet espace-temps, lors du « talk », à quelques mètres des bureaux, des jardins et des appartements où Damas confia, partagea et fructifia son destin, comme des milliers d’autres, au cours des échanges, trois priorités pratiques furent éclairées : se questionner, prendre soin de son corps et de son esprit, et ne pas compter sur quelqu’un d’autre que soi-même pour vaincre le racisme. L’échelle individuelle est la condition de l’effectivité d’un but, d’un objectif. Cet objectif unit les intelligences.

Chaque individu a toujours la possibilité de produire de la Justice. L’important est ce qu’il ou elle produit.

A Sankofa, à Howard, dans le jardin partagé d’une école de Pleasant Plains, ou dans une galerie d’art à Anacostia, comme dans le hall de l’Espace Culturel de Guyane, chaque individu a toujours la possibilité de produire de la Justice. Unis dans l’objectif, qu’il s’agisse d’un Damas, Ta-Nehisi Coates ou d’une photographe en devenir ou du libraire classifiant les ouvrages, l’important est ce qu’il ou elle produit.

« Rendez-les moi, mes poupées noires » !

Toni Morisson

Née en 1931, Toni Morrison est une romancière, essayiste, éditrice, enseignante et professeure émérite américaine  de l’université de Princeton.
Après avoir remporté le prix Pulitzer et l’American Book Award en 1988 pour son roman Beloved, adapté au cinéma, avec Oprah Winfrey et Danny Glover,  elle a reçu le prix Nobel de littérature en 1993.

Adinkra

Système de symboles linguistiques lié aux Ashanti, parmi les Akans, groupe de peuples (comptant Baoulé, Agni, Attié, Abouré, M’Bato, Tchokossi, etc.)

Installés principalement dans le sud du Ghana, ils constituèrent une puissante fédération de royaumes, bloc géostratégique résistant à la colonisation européenne pendant plus de deux siècles jusqu’en 1900.

Autres photos de Sankofa

Share

Blackdolls.net

blackdolls.net is the property of the association Alchimie for the promotion of the exhibition « Black Dolls Project » of the photographer Mirtho Linguet.

© Black Dolls 2017, All Rights Reserved.

Follow the dolls

Share with us

#blackdollsproject

Stay in touch